La côte Caraïbe : histoire et influences

L’Est du Costa Rica est baigné par la mer des Caraïbes, dont les îles les plus importantes sont marquées par une forte identité locale. Cette diversité d’influences s’est formée avec l’arrivée d’ouvriers jamaïcains au 20ème siècle, qui ont amené avec eux leur culture insulaire. C’est un mode de vie assez différent du reste du pays qui règne dans cette région, grâce au mélange des traditions indigènes et caribéennes.

Cette partie du Costa Rica est réputée pour son calme, sa tranquillité et sa sérénité, ainsi que pour ses festivals de musique reggae et ses danses afro-américaines. La nature y est foisonnante, indomptable, et bien moins facilement praticable que sur la côte Ouest. Néanmoins, cela en fait un paradis pour les randonneurs et ceux qui veulent se confronter à une région très atypique du Costa Rica aux traditions amérindiennes vivaces.

Paresseux au sol, Région de la Côte Caraïbe, Costa Rica

© Fotolia – seaphotoart – Côte Caraïbe, Costa Rica

Célébrer l’histoire caribéenne du Costa Rica

Le débarquement des premiers colons
En 1502, Christophe Colomb débarque à Puerto Limon avec son équipage. Le célèbre navigateur a fait découvrir le continent américain aux Européens sous le nom de « Nouveau monde », en pensant mouiller dans des eaux asiatiques. Arrivé sur les terres du Limon, à l’époque uniquement occupées par les indigènes, il estime que l’endroit est riche en voyant l’or des Indiens. C’est pourquoi le Costa Rica porte ce nom, qui signifie « Côte riche ». Néanmoins, la zone lui paraît trop inhospitalière pour établir une colonie, lui et ses hommes ne s’attarderont donc pas sur les côtes caribéennes du Costa Rica.

Un brassage culturel unique en son genre
Le 12 octobre, la coutume veut que l’on célèbre ce débarquement dans le but de rapprocher les peuples entre eux. C’est aux Caraïbes que cet événement prend le plus d’importance. Pendant une dizaine de jours, tout Puerto Limon est animé par un grand carnaval, afin de fêter cette étonnante mixité des cultures indiennes, jamaïcaines et espagnoles qui forment l’identité costaricaine de la côte est. Les fanfares, la musique, et les danses traditionnelles rythment ces festivités, parmi les plus importantes du pays.
Si vous avez l’occasion de voyager au Costa Rica pendant cette période de l’année, nous vous conseillons fortement de vous arrêter dans la ville. Vous aurez l’occasion de rencontrer les locaux et de partager un moment festif avec eux.

Des endroits à la forte identité régionale

Puerto Limon
La ville est profondément symbolique de la culture caribéenne, notamment du fait de son passé de repaire de pirates. Aujourd’hui plus grand port du pays, ses festivals de musique et ses commerces en ont fait un lieu prisé par les voyageurs, la ville a néanmoins su conserver son charme reposant.

Cahuita
Petite ville de 600 habitants, à l’extrême Sud de la côte, c’est William Smith, un afro-caribéen, qui est le premier à s’y installer comme pêcheur de tortue en 1828. Puis, ce sont des Jamaïcains qui s’y installent petit à petit. Ce village de bord de mer est idéal pour observer les animaux du coin, profiter des plages, de la cuisine épicée, de la pêche et s’immerger dans la culture paisible des Caraïbes.

Puerto Viejo de Talamanca
Ce petit village de pêcheurs ressemble sensiblement à l’image paradisiaque que l’on se fait des Caraïbes. Culturellement, il est cependant intéressant de constater que c’est l’un des endroits où le métissage des cultures est le plus apparent, puisque des réserves des Indiens Bribri et Cabecar sont toutes proches.

Puerto Viejo de Talamanca, Côte Caraïbe, Costa Rica

© Fotolia – seaphotoart – Puerto Viejo, Costa Rica